Le billet suivant est un extrait d’un talk que Nexus a donné à l’une des deux conférences, organisées dans une grande entreprise multinationale, lors de la journée qui est consacrée chaque année à une réflexion collective sur la raison d’être. Nous le publierons en deux parties, correspondant à deux billets de blog, l’un introductif et l’autre consacré à une réflexion plus pratique avec des pistes d’action. 

Il y a quelque temps, chez Nexus, nous avons lu avec plaisir le livre Subtract, écrit par un chercheur américain, Leidy Klotz, et résultat d’une série d’observations et de recherches ; le livre a généré en nous de nombreuses réflexions, c’est comme s’il y avait eu un avant et un après, et ces réflexions sont devenues des transformations tant dans notre travail que dans nos vies personnelles.

Nous vous en parlons en les reliant au thème de la raison d’être car, comme nous le verrons, nous avons trouvé l’idée de la soustraction particulièrement adaptée pour célébrer cette journée et poursuivre les réflexions que nous avons entamées l’année dernière autour de « raison d’être et régénération » et « raison d’être et bonheur ».

Pour vous réchauffer, je vous propose un petit exercice… essayez de penser à l’amélioration d’un voyage, puisque nous sommes dans la période précédant les vacances, pensez à votre prochain voyage et à la façon dont vous pourriez l’améliorer… si vous n’avez pas à voyager, pensez à la façon dont vous amélioreriez votre maison et écrivez les résultats dans le chat… certains ont dit qu’ils aimeraient une plus grande maison, une piscine, un voyage avec plus de temps, plus d’étapes…

D’autres au contraire, et ils sont plus ou moins à moitié, ont raisonné différemment, ils ont dit « Je voudrais une maison avec moins de choses » ou « Je voudrais me débarrasser de beaucoup d’objets »… peut-être que le titre de la conférence vous a un peu influencé, mais c’est bien parce que, comme nous le verrons, l’idée de soustraire n’étant pas intuitive, il est bon qu’il y ait quelque chose, comme un titre, qui, lorsque nous prenons une décision, nous aide à nous en souvenir.

Je vais maintenant vous montrer cette figure et vous demander comment, avec le minimum de mouvements, la rendre symétrique:

Là encore, je vois que vous êtes maintenant attentifs et qu’en résolvant, beaucoup se sont donné la possibilité de penser à soustraire le carré du haut, plutôt que d’additionner des carrés. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que parmi les adultes qui ont participé au même jeu, seule une petite fraction, 12 %, a trouvé la solution « par soustraction ». Les autres ont proposé des solutions additives telles que celle-ci :

Ce jeu fait partie d’une série d’activités qui ont été utilisées pour tester l’intuition initiale qu’est la préférence systématique pour l’addition, l’automatisme qui nous fait penser que la solution d’un problème réside dans l’addition.

Dans cette conférence, nous allons explorer ensemble trois points :

  1. Pourquoi continuons-nous à faire des ajouts?
  2. Quel est le rapport entre la raison d’être et la soustraction?
  3. Comment fait-on concrètement pour soustraire?

Leidy Klotz, le chercheur et professeur à l’Université de Virginie qui a popularisé l’importance du concept de « soustraction » grâce à son livre « Subtract », nous raconte qu’un jour, il jouait avec des briques Lego avec son fils Ezra et que, face au problème « comment améliorer une construction », l’enfant a spontanément commencé à enlever des briques, alors que pour lui, le père, la réponse naturelle était plutôt d’ajouter des pièces de Lego. De la surprise, ressentie par le chercheur dans cette situation, est née l’intuition qui a ensuite donné lieu à de nombreuses recherches, répétitions de l’expérience, consolidation de la théorie.

Mais d’où vient-elle, pourquoi cette compulsion à ajouter? Pourquoi ajoutons-nous pour prouver que nous sommes compétents? Pourquoi continuons-nous à produire d’interminables listes d’actions pour le plaisir de les cocher et d’en produire de nouvelles? Pourquoi continuons-nous à ajouter des amis sur les réseaux sociaux ? Pourquoi la soustraction n’est-elle pas prise en compte?

Les chercheurs ont émis plusieurs hypothèses d’explication, en partie biologiques et en partie culturelles, examinons-en quelques-unes ensemble. Une hypothèse est que la compulsion à ajouter est liée à d’autres biais, des routines de raisonnement fixes et souvent inconscientes de notre cerveau. Par exemple, le coût irrécupérable, c’est-à-dire le biais qui fait qu’il est difficile de se désinvestir une fois qu’on a investi parce qu’on perçoit les pertes et non les gains possibles (ce biais pour lequel une fois qu’on a payé la place de cinéma on reste même si on n’aime pas le film, pour faire simple).

Plus généralement, l’aversion aux pertes pourrait être une autre explication, tout comme le fait de favoriser le statu quo par rapport à l’incertitude due au changement. Une autre explication, très fascinante, pourrait venir de loin, de l’évolution de l’espèce humaine de nomade à sédentaire et, avec la conquête de la sédentarité et de l’agriculture, de la possibilité/nécessité acquise de commencer à accumuler des objets, de la nourriture, etc. dans des habitations devenues fixes et dans des agglomérations urbaines. Et dans cette évolution, la recherche et l’accumulation de nourriture deviennent cruciales pour la survie et continuent de nous animer malgré les conditions modernes de relative abondance.

Il ne faut cependant pas oublier que l’évolution est un exercice d’équilibre entre l’addition et la soustraction, pensez par exemple à la capacité de travailler le bois ; mais aussi au phénomène très intéressant qui se produit dans notre cerveau, que nous pourrions familièrement appeler « élagage des synapses » et qui nous permet de régénérer notre cerveau pendant le repos nocturne, en éliminant ce qui n’est pas utilisé afin de ne pas gaspiller d’énergie dans son entretien. Et la nature nous enseigne la même chose. Dans un écosystème sain, la nature sélectionne et favorise la vie d’une part (donc l’ajout) et favorise en même temps la mort en aidant ce qui n’est plus nécessaire à mourir. C’est le processus appelé régénération dont nous avons parlé l’année dernière en relation avec la raison d’être.

Nous pouvons donc peut-être renouer avec la soustraction, mais nous devons faire un petit effort.

La compulsion d’ajouter peut en fait nous coûter cher : ajouter du travail en permanence, ajouter réunion après réunion à un projet, ajouter des activités à la liste des choses à faire, ajouter des objets dans la maison, de la nourriture, des cigarettes, des engagements sociaux, des amis sur les réseaux sociaux… Les coûts que l’habitude d’ajouter génère sont très élevés.

Au niveau individuel, le stress, le sentiment de ne jamais avoir terminé, d’être hors de contrôle, la « charge mentale » qui nous fait nous réveiller la nuit parce que nous nous souvenons de quelque chose que nous n’avons pas fait, l’encombrement de nos maisons avec des objets inutiles… et au niveau collectif, la consommation excessive qui rend notre planète inhabitable.