Alors, que pouvons-nous faire ?

La solution n’est pas d’éliminer complètement l’addition, de tomber dans la pensée binaire et polarisée… ce que nous pouvons faire, c’est, chaque fois que nous pensons à un problème, nous rappeler qu’il y a aussi la possibilité d’enlever. Il ne s’agit donc pas d’arrêter d’ajouter, nous avons vu comment cette façon de penser, de résoudre les problèmes, d’interpréter le monde est essentielle. Il s’agit plutôt, lorsque nous réfléchissons, par exemple, à une solution possible, d’avoir les deux alternatives également présentes, de se donner la possibilité d’utiliser également la soustraction. Plus nous sommes connectés à la finalité, plus cette alternative aura du sens.

Cette conférence est une manière de vous aider à être plus conscient, en espérant que dès maintenant quelque chose vous aidera, lorsque vous pensez en termes additifs, à soustraire.

Nous verrons dans la prochaine partie les liens entre la connexion profonde à la raison d’être et la possibilité de soustraire.

Vous travaillez depuis longtemps sur la raison d’être de l’entreprise et vous savez maintenant que c’est la « raison d’être » de l’entreprise, son pourquoi, la finalité collective qui vous tient ensemble, mais aussi le lien entre le rôle de chacun d’entre vous et le système. Essayez maintenant de penser à votre rôle non pas en termes de série de choses à faire, mais en termes de « pourquoi existe-t-il ? » et « quelle contribution apporte-t-il à l’objectif de l’entreprise ». Il est intéressant de réfléchir à votre rôle en ces termes, en se concentrant d’abord sur le « pourquoi », puis sur le « comment » et le « quoi », selon le modèle du Cercle d’or de Simon Sinek. Une fois que nous avons clarifié cela, nous nous lions à la « soustraction » et nous nous demandons si le comment et le quoi ne répondent qu’à une logique supplémentaire, qui risque de nous éloigner au lieu de nous aider à nous concentrer sur l’essentiel. Je sais que beaucoup d’entre vous se demandent à présent « OK, c’est facile à dire, mais comment faire ? »… Je vous propose donc d’ouvrir quelques pistes sur la manière de mettre cela en pratique dans la vie professionnelle mais aussi dans la vie privée, en partant de quelques axes de réflexion.

  1. Réunions. Il existe certains pièges qui peuvent nous pousser à multiplier les réunions. Parmi celles-ci : penser que les réunions opérationnelles servent de leviers de motivation, lorsque les équipes sont en phase de perte de sens (la réunion qui s’impose, dans ces cas, porte précisément sur le « pourquoi », éventuellement, certainement pas sur le « quoi » ni sur le « comment ») ou pire encore, pour tester l’engagement du groupe. Ou des réunions utilisées de manière autoréférentielle, pour combler la solitude….. Je pense au nombre de fois où j’ai entendu récemment « le personnel doit retourner au bureau » sans raison particulière mais uniquement pour que les hiérarchies ne se sentent pas trop seules 😉 et à cet égard, les réunions sont convoquées pour éviter la soi-disant « amnésie de l’appel vidéo » qui nous frappe lorsque nous nous illusionnons sur nos capacités multitâches pour nous rendre compte que si pendant l’appel vidéo nous avons fait autre chose, alors nous ne savons pas vraiment ce qui a été décidé et pourquoi… Il y a un acronyme qui rend bien une autre dynamique contemporaine qui est FOMO, Fear Of Missing Out, la peur d’être oublié et oubliées si nous ne participons pas et n’assistons pas à tout ce qui se passe, ce qui peut nous pousser à ajouter des réunions, des événements, des déjeuners d’affaires, etc. Enfin, encore un autre biais, celui du conformisme social, qui peut nous pousser à y assister juste parce que d’autres y vont…Sur la décision de soustraire ou d’ajouter des réunions, en plus de mettre en évidence la valeur ajoutée à la finalité, il existe un outil simple qui peut nous aider à rester ancrées et ancré dans la réalité, l’outil que je vous invite à découvrir « Combien coûte ma réunion ? » en allant sur ce lien https://hbr.org/2016/01/estimate-the-cost-of-a-meeting-with-this-calculator et qui peut nous aider à décider
  2. Sur les décisions de soustraction ou d’addition dans les listes de tâches, l’idée, qui n’est pas nouvelle, est de mieux gérer son temps. Pour ceux qui ont besoin d’idées et d’outils sophistiqués, je recommande la lecture du célèbre « Getting the Things Done », sinon il y a cette simple matrice qui peut nous aider à éliminer quelque chose…elle n’est pas très nouvelle, elle est un peu vintage en effet, mais bien utilisée elle peut être le début pour libérer de l’espace:

Avertissement. Une fois que vous avez libéré 20/30% de vos journées, ne les remplissez plus ! !!

  1. Un nouveau rôle dans les groupes de projet : le responsable de la soustraction. Pourquoi ne pas rendre la soustraction explicite, l’incarner, pour s’aider à s’en souvenir, hors de la routine additive ? Dans les groupes de projet, on peut alors identifier le rôle de « soustracteur en chef » qui aura, parmi ses objectifs, celui de rappeler aux membres du groupe l’importance de soustraire, de demander ce qu’il faut soustraire pour mieux atteindre les objectifs, un rôle créatif et stimulant qui peut empêcher le groupe de projet de s’enliser dans un flot d’activités qui ne servent pas la raison d’être.
  2. Autres pistes pour la soustraction au travail : soustraire les priorités (non, tout n’est pas une priorité !), soustraire les personnes en copie d’un email, soustraire les emails envoyés, soustraire les points clés et les diapositives d’une présentation, soustraire le nombre d’objectifs, ne laisser que ce qui génère réellement de la valeur à la raison d’être, la méthodologie OKR offre des perspectives intéressantes…
  3. Quelques idées de soustraction également en dehors du travail… Soustraire les choses apportées en voyage (avec la crise des aéroports le bagage sera plus léger ! !!). ), soustraire les voyages comme nous avons été obligés d’apprendre à le faire ces deux dernières années, vider nos réseaux sociaux des relations qui font du « bruit », soustraire les choses que nous avons dans nos maisons… Marie Kondo nous apprend à vider nos armoires, soustraire l’espace de nos lieux de vie : plus la maison est grande, plus nous avons tendance à la remplir, soustraire les consommations inutiles et jamais l’accent mis sur la soustraction de la consommation d’énergie n’a été si étroitement aligné sur les conditions contextuelles… en plus de nous libérer individuellement, nous pouvons apporter une contribution collective à la régénération de la planète.

Nous nous dirigeons vers la conclusion de ce moment ensemble… en le résumant en quelques points :

  1. Il ne s’agit pas de ne plus utiliser l’addition mais d’être également conscient de la possibilité de la soustraction
  2. Le fait d’être profondément connecté et relié à un but nous aide à faire des choix dans une direction ou une autre
  3. Mais notre cerveau ne nous aide pas… il est câblé pour ajouter ; par conséquent, nous devons avoir des astuces qui nous aident à soustraire
  4. Pouvez-vous penser à quelque chose que vous avez envie de soustraire ? Que pouvez-vous faire comme petit pas à cet égard ?

Merci de votre attention !

%d blogueurs aiment cette page :