Si vous avez lu d’autres articles de notre blog, vous aurez compris qu’ici, chez Nexus, nous utilisons le processus U pour concevoir pratiquement toutes nos interventions. Je ne vais donc pas entrer dans les détails du processus lui-même ; mon but ici est de décrire une méthodologie que j’ai utilisée à la base du U, dans cette étape de Présencing où un groupe, avec l’Esprit Ouvert, le Cœur Ouvert, et maintenant la Volonté Ouverte, est invité à s’ouvrir aux idées, aux solutions ou façons d’avancer possibles, provenant de la situation elle-même – « du terrain », comme le dit Otto Scharmer.

 

Imaginez la situation suivante : un groupe de 39 personnes vient de peindre ensemble une image collective de leur réalité organisationnelle et de la façon dont elle est reliée à son contexte. Ils ont identifié les forces et les faiblesses de leur organisation ; ils ont nommé les opportunités et les risques qui les entourent. Ils ont même plongé dans l’ombre de leurs organisations : ces problèmes que tout le monde connaît, mais que personne n’ose aborder – eh bien cette fois, ils l’ont fait, et ils ont partagé, profondément, ce que tout cela déclenche en eux.

 

La prochaine étape évidente est alors : que devons-nous faire de tout cela ? Quelle stratégie, quel plan d’action devons-nous développer pour nous engager dans l’innovation, la transformation dont nous avons besoin ?

 

À ce stade, le risque de « sauter le U » est le plus élevé – c’est-à-dire le risque de vouloir passer directement d’une évaluation de la situation à une solution pour y remédier. Pourquoi est-ce un risque ? Parce qu’il est très difficile de rester dans le « Non-Savoir », surtout lorsque le tableau collectif que nous venons de brosser est si intense et semble nous appeler à l’action. Peut-être aussi parce que nous avons tous été formés à « résoudre des problèmes », et que nous en tirons un sentiment de fierté, loin de l’impuissance que nous sentirions naître en nous si nous restions immobiles et gardions l’espace pendant un petit moment pour que le « vraiment nouveau » puise émerger…

 

Mais qu’y a-t-il de mal à résoudre des problèmes ? Eh bien, rien. En fait, le processus U est, d’une certaine manière, un outil de résolution de problèmes. Mais passer directement de l’évaluation à une proposition de solution comporte un risque majeur : que les solutions qui émergent ne soient que des propositions individuelles ; des idées venant de certains membres du groupe, particulièrement disposés à résoudre des problèmes, et dont les idées peuvent avoir été présentes, dans leur esprit, avant le début de l’atelier. De cette façon, nous nous retrouverions avec des solutions basées sur une évaluation des problèmes avant l’atelier, et avec un processus qui passerait du discernement collectif à un simple débat, souvent stérile, pour savoir quelle idée est la meilleure et celle que nous devrions suivre.

 

Le défi en bas du U est donc clair : comment accompagner la naissance d’un ensemble de solutions basées sur le tableau collectif de la réalité – dans toute sa profondeur et sa complexité – qui vient d’être co-créé par le groupe? Et comment s’assurer que les solutions proposées ont réellement été écrites par le collectif – afin que ses membres soient beaucoup plus motivés pour les mettre en œuvre?

 

Voici comment j’ai procédé avec ce groupe :

 

Tout d’abord, je leur ai donné à tous un temps de réflexion personnelle, en silence, autour de la question suivante : lorsque vous contemplez ce tableau collectif de votre réalité, que vous venez de co-créer, que vous dit-elle ? Quel chemin vous indique-t-elle ?

 

Comme vous l’avez probablement déjà compris, l’astuce consiste à inviter les participants à adopter une disposition dans laquelle les solutions ne viendront plus d’eux, mais d’au-delà d’eux. L’astuce consiste à les aider à se mettre au diapason de l’intelligence collective qui a déjà été mobilisée, et pour ce faire, il faut éteindre son ego pendant un moment et laisser cette intelligence collective parler – laisser le tableau parler et montrer la voie.

 

La meilleure façon d’y parvenir est de s’extraire des espaces de travail utilisés jusqu’à présent et de s’engager dans un mode plus méditatif : une promenade dans le jardin (ou la forêt !), si vous en avez un autour de votre centre de conférence, est idéale. Vous pouvez également inviter les participants à rester dans la salle mais en silence, avec une musique douce en fond sonore.

 

Une fois qu’ils ont eu suffisamment de temps de réflexion personnelle, je les ai invités à former 13 trios, et je leur ai donné le temps de partager en trios ce qu’ils avaient retenu de ce que leur réalité leur disait – quelles directions émergeaient du tableau collectif lui-même.

 

Ensuite, 10 trios ont été invités à se mettre par deux pour former un groupe de 6. Nous avons formé 5 groupes de 6, tandis que les 3 trios restants ont été invités à former un groupe de 9. Tous les groupes nouvellement formés ont reçu la même tâche : créer 2 phrases qui captureraient toutes les choses diverses que chaque membre a recueillies sur la direction future vers laquelle le tableau collectif pointe. Pour la plupart des groupes, cela signifiait que 6 personnes devaient se mettre d’accord sur 2 phrases seulement – une tâche encore plus difficile pour le groupe de 9 personnes ! – Cela les a vraiment aidés à se concentrer sur des phrases où chacun pouvait sentir que sa propre expérience de ce que l’image disait était incluse.

 

Dans un véritable esprit de processus U, je les ai invités à ne pas s’atteler tout de suite à l’objectif final (créer deux phrases), mais plutôt à prendre le temps d’écouter l’expérience des autres sur le tableau collectif et la façon dont ils sentaient qu’elle leur avait parlé de la voie à suivre. Après ce dialogue initial, je les ai invités à faire une pause, pendant une minute, en silence, afin de se connecter à ce qui était dit non seulement par les membres du groupe, mais par le groupe lui-même : de quoi parlent tous nos partages réunis ? Après ce silence, c’était le moment de partager leur sentiment sur ce que leur groupe captait – toujours sans essayer de créer 2 phrases. Après un certain temps, une nouvelle invitation à une minute de silence, cette fois pour réfléchir à la question : quelles sont les deux phrases qui pourraient le mieux capturer ce à quoi nous venons de dire que notre groupe s’est connecté ? Ensuite, et seulement ensuite, il était temps de rédiger ces phrases.

 

Lorsqu’ils sont revenus en plénière, je les ai invités à aborder ces deux phrases avec l’analogie de la photo et du paysage : une photo est une capture instantanée d’une expérience vécue – mais elle n’est pas cette expérience vécue. Ainsi, la photo d’un magnifique champ sauvage peut m’aider à me connecter à l’expérience du champ lorsque j’y étais (les odeurs, la brise, le bourdonnement des insectes, le soleil qui réchauffe ma peau…), mais elle n’est pas l’expérience elle-même – elle ne peut être qu’une incitation à stimuler ma mémoire.

De même, ces 2 phrases étaient les photos des conversations profondes qu’ils venaient d’ajouter ; elles pouvaient déclencher leurs souvenirs du sens qui coulait dans leur dialogue, mais la vraie chose était le dialogue lui-même, pas les phrases.

 

Ce préambule était important à partager avec eux, car je les ai ensuite invités à se regrouper en plus grands groupes, et à répéter la tâche ! Nous nous sommes donc retrouvés avec deux groupes de 12 et un groupe de 15, et chacun de ces groupes devait à nouveau produire deux phrases seulement. En d’autres termes, chacun devait abandonner ce qu’il considérait être « ses » phrases, afin de produire une nouvelle paire, incluant les 12 ou 15 expériences.

 

Lorsque nous sommes finalement tous revenus en plénière pour partager ces 6 dernières phrases, l’expérience était tout simplement spectaculaire : J’ai invité chaque groupe à prononcer ses deux phrases, sans rien d’autre – pas d’explication introductive, pas de commentaire particulier – juste leur texte. Après le premier groupe, nous avons observé une minute de silence pour que les phrases résonnent en nous, puis nous sommes passés au deuxième groupe, puis au dernier, avec un silence de deux minutes à la fin pour tout assimiler.

 

Les connexions, la résonance entre les groupes étaient étonnantes, et la salle s’est remplie d’un sentiment d’émerveillement en réalisant comment le groupe, l’intelligence collective, avait trouvé sa propre voix.

%d blogueurs aiment cette page :