« Le pardon libère l’âme, élimine la peur. C’est pourquoi c’est une arme si puissante. » Nelson Mandela

Je rentre aujourd’hui d’un atelier de 4 jours, « Mon Leadership Incarné« , dans lequel j’ai accompagné un groupe de femmes à la découverte d’elles-mêmes et de leur leadership, à travers un travail sur le corps, la cognition, les émotions mais aussi l’esprit, en immersion dans la nature.

Au cours de l’atelier, chaque participante s’explore, par rapport à ses propres rôles et aux organisations et communautés auxquelles elle appartient, en relation avec le contexte extérieur. L’objectif est de pouvoir se connecter à sa source d’énergie, à la façon dont elle se manifeste dans le monde (comportements) et aux impacts qu’elle produit réellement, afin de travailler à son empowerment.

L’atelier commence par une réflexion sur son histoire professionnelle et personnelle, sur les motivations derrière les hauts et les bas, et se poursuit par un travail à plusieurs niveaux (corps, esprit, émotions), sur son présent et sur la façon dont on arrive à prendre son leadership plus ou moins efficacement. Une ouverture sur l’avenir est ensuite proposée à travers un exercice très profond de discernement autour d’une question, d’un problème, d’une situation, d’une décision que la personne doit prendre, pour se terminer par une journée d’ancrage grâce à un kit de différents outils. En ce qui concerne ce groupe de femmes, ce qui m’a frappé dans cet atelier, c’est l’émergence d’un thème commun, qui me touche personnellement de très près en ce moment, le thème du pardon.

L’une des participantes, que j’appellerai Sara, a raconté l’histoire suivante lors des premières sessions de l’atelier, consacrées à la relecture du passé à partir du présent. Il y a environ cinq ans, son organisation a décidé de procéder à une transformation importante de sa gouvernance et de ses processus, ce qui a eu un impact sur son rôle, pas nécessairement dans le sens qu’elle espérait, la poussant à changer de pays, à devoir apprendre une nouvelle langue et à assumer des responsabilités qu’elle n’avait pas nécessairement envisagées dans sa trajectoire de développement. Elle s’est adaptée aux exigences de l’époque et se trouve aujourd’hui dans une situation qui lui plaît, dans des activités qui lui permettent de se sentir en phase avec son « purpose » organisationnel et personnel. Pendant l’atelier, en particulier pendant cette première phase de relecture, quelque chose du passé a refait surface et elle a réalisé que c’est comme si un nœud de ressentiment et de rumination l’accompagnait et était encore présent pour elle, l’empêchant de se sentir pleinement satisfaite, épanouie et capable d’utiliser tout son potentiel. L’idée importante qu’elle a acquise est que ce nœud concerne le changement dans le passé, non pas tant dans son contenu et ses conséquences pour elle, mais dans la manière dont elle a été traitée par sa supérieure de l’époque. Le problème de Sara est qu’elle a l’impression que la communication de ce changement a été faite de manière violente et bureaucratique, sans aucune empathie ni respect pour les conséquences que cela aurait sur sa vie personnelle et professionnelle. Une communication qui s’est faite de manière maigre, rapide, sans possibilité de réponse ; il n’en est pas question de négociation, Sara se rend compte qu’il n’y avait pas beaucoup de place pour une négociation : ce qu’elle aurait voulu, c’est pouvoir être écoutée par sa hierarchie, pouvoir au moins lui dire combien la décision prise était lourde pour elle. Si nous analysons cette histoire, certains éléments clés apparaissent :

– Le fait de ne pas pouvoir trouver un espace de dialogue dans le passé produit chez Sara un ressentiment qui ne disparaît pas, une rumination qui se poursuit au fil des années ; je pense que beaucoup d’entre nous pourront reconnaître ce sentiment : nous revivons notre colère en repensant à cette chose que quelqu’un a faite et qui a causé notre souffrance.

– Le temps n’a rien guéri, en effet dans le moment présent la blessure est rouverte et la douleur ressentie est intacte, le fardeau continue à être présent et porté ;

– La douleur provenait, dans le passé, du manque d’empathie perçu à l’égard de la décision qui avait été prise (pas vraiement de la décision elle-même, qui s’est avérée être bonne pour Sara). Aucune tentative de dialogue n’a été entreprise, Sara était très en colère et triste de ce comportement, au point qu’elle n’a pas envisagé d’ouvrir un espace de conversation avec sa responsable ;

– Son jugement sur la façon dont elle a été traitée dans le passé n’a pas changé, le comportement de la personne responsable est toujours vécu comme injuste ; Sara ne justifie pas ce qui s’est passé, ne nie pas sa gravité et ne le minimise pas ;

 

Au cours de l’atelier, Sara a eu une prise de conscience très forte du fait que cet épisode passé l’empêche, dans le présent, de prendre plaisir à assumer le leadership dans son rôle actuel. Ayant eu un modèle négatif, elle craint de répéter ses erreurs et est incapable de s’approprier pleinement son rôle, qui exige désormais qu’elle se sente responsable, qu’elle inspire, qu’elle se sente connectée aux autres. Lors d’un des moments de débriefing, le groupe a suggéré le mot « pardon » et son visage s’est illuminé. Le processus de « lâcher prise » a-t-il commencé ?

Le pardon commence par une décision de traiter la colère envers une autre personne qui a délibérément fait quelque chose d’injuste ou de nuisible à notre encontre. Dire que le pardon commence par une décision ne veut pas dire pour autant qu’il est uniquement cognitif. Sara avait déjà essayé rationnellement de voir les raisons de sa responsable et de se dire que ce n’était pas grave après tout. Ce qui n’avait pas eu lieu jusqu’à présent, c’est le passage par ce qui, dans la théorie U, est l’ouverture du cœur, indispensable pour que le « lâcher prise » ait lieu.

Pardonner ne signifie pas nier ou, pire encore, finir par approuver ou excuser ce qui nous a été fait, qui reste cependant, le passé ne peut être changé. Il s’agit plutôt de reconnaître et d’accepter que quelqu’un nous a causé de la douleur, de la souffrance, a produit une blessure. Et que nous pouvons lâcher cette douleur, cette souffrance, cette blessure, car le poids que nous portons envahit notre espace de créativité, de vitalité, d’énergie.

Le pardon ne signifie pas nécessairement la réconciliation, d’ailleurs cette idée peut à juste titre nous éloigner du pardon. Pour que l’espace de réconciliation s’ouvre, l’autre partie doit aussi reconnaître qu’elle nous a fait du mal ; la réconciliation est parfois impossible, l’autre personne peut être morte (je pense au pardon de situations familiales qui nous ont causé des blessures difficiles à guérir) ou peut ne pas avoir changé et être encore une menace pour nous.

Le pardon, en revanche, signifie ouvrir un espace pour pouvoir faire entrer l’autre, un espace d’empathie dans lequel, sans s’excuser, nous sommes capables de transformer les sentiments négatifs que nous avons éprouvés, en nous libérant du fardeau que nous avons porté, en acceptant de courir le risque que dans les relations on puisse faire des erreurs.

Sara ne pouvait pas se donner la permission de prendre son leadership dans son rôle actuel. Je ne sais pas ce qu’elle fera dans un avenir proche, bien que son intention claire à l’issue de l’atelier soit d’avoir une conversation de clarification, pas nécessairement de réconciliation, (le pardon peut être « à sens unique ») pour laisser partir le passé, faisant place à un avenir dans lequel elle et les personnes qui l’entourent pourront régénérer leurs relations, permettant à la vie de circuler à nouveau au sein du groupe.